L’horticulture : que faut-il savoir à ce sujet ?

L’horticulture est un vaste sujet. Cette filière regroupe en effet d’autres sous-filières. Différents métiers sont d’ailleurs reliés à l’horticulture. A travers cet article, nous allons aborder tous les points essentiels à connaître sur ce domaine d’activité.

Tout d’abord : qu’est-ce que l’horticulture ?

Contrairement à ce que pense la grande majorité des personnes, l’horticulture ne concerne pas que les plantes ornementales. Elle concerne également plusieurs sous-filières. C’est sans doute la raison pour laquelle que l’horticulture englobe un panel très diversifié de métiers.

L’horticulture ne regroupe ni la culture des céréales, ni les secteurs sylvicole, ni celui des oléagineux. Ces derniers font partie de l’agriculture. Le domaine de l’horticulture concerne plutôt la production sans avoir recours à des substances chimiques. Elle permet ainsi d’assurer la santé par le bisais de différents moyens. Plusieurs types d’horticulture existent et se distinguent entres elles :

  • L’horticulture ornementale

Cette forme d’horticulture se divise en trois secteurs qui sont les suivants : la production, les services et la commercialisation. Ces trois domaines, qui composent l’horticulture ornementale, font de cette dernière une sous-filière importante dans la culture des jardins. Cette dernière permet de changer le paysage de divers milieux tels que des espaces privés ou publics. Ce secteur concerne la production de nombreuses variétés végétales telles que :

  • les arbres et les arbustes,
  • les plantes en pots,
  • les plantes vivaces et aromatiques,
  • les bulbes, oignons et semences,
  • les jeunes plants, comme les forestiers ou viticoles,
  • les fleurs et de feuillages coupés.

Elle permet notamment d’offrir d’autres bienfaits tels que la réduction de la pollution atmosphérique ou d’améliorer la qualité de l’air. Ce type d’horticulture permet aussi de réduire considérablement le niveau de stress chez les personnes déprimées et d’améliorer les résultats scolaires chez les élèves éprouvant des difficultés à l’école.

  • L’horticulture fruitière

Ce genre d’horticulture englobe la production d’une grande partie des fruits, comme par exemple, les fruits à noyau ou à pépins, les fruits au sens gastronomique, et bien d’autres encore.

  • L’horticulture vermiculite

Cette culture, qui est basée sur un matériau léger et appelée « vermiculite horticole », permet de contribuer à l’aération du sol et de conserver l’humidité indispensable pour la croissance des plantes. Cette technique permet l’évaporation de l’eau de la vermiculite assez vite. Pour ce faire, des flocons clairs sont chauffés à environ 482 degrés.

  • L’horticulture thérapeutique

Cette dernière a pour objectif d’utiliser les activités horticoles à des fins thérapeutiques. Elles s’adressent aussi bien à des personnes jeunes comme des personnes âgées. Ces activités sont menées dans le cadre d’un programme thérapeutique visant à améliorer l’humeur et à réduire l’anxiété chez les personnes touchées par la dépression.

  • L’horticulture légumière

Dans le monde de la botanique, le mot « légume » fait référence au fruit des plantes légumineuses. Cependant, en horticulture légumière, ce terme est utilisé pour désigner les légumes dans un contexte culinaire.

Les métiers de l’horticulture

Il y a autant de métiers issus de ce domaine que de sous-filières qui composent l’horticulture. Il serait d’ailleurs impossible de déterminer le nombre exact de métiers liés à l’horticulture. En revanche, certains métiers tirent leur épingle du jeu comme la production verte et la vente. Les débouchés sont également aussi variés que le nombre de métiers de l’horticulture. Si vous choisissez d’exercer dans ce cœur de métier, et que vous remplissez les conditions, il sera plutôt facile d’exercer ce métier.

Les postes dans ce milieu dépendent aussi de plusieurs facteurs comme la taille de l’entreprise ou son positionnement sur le marché. Dans le domaine de la production, on retrouve plusieurs métiers parmi lesquels :

  • l’agent horticole

Son rôle est de préparer et de mettre en place les cultures. L’agent horticole veille également à la protection des plantes en s’occupant du désherbage ou des traitements phytosanitaires. Il effectue notamment des travaux culturaux tels que la multiplication des végétaux, la gestion de l’ombrage ou passant par l’ébourgeonnage.

  • l’agent pépiniériste

Sa mission principale est de mettre en place la culture de plants. Il peut s’occuper des prélèvements des boutures, de préparer les sols, d’installer des substrats ou de faire le repiquage des boutures. La protection des plantes, les travaux d’entretien et le développement des plantes sont au cœur de son métier.

De nombreuses formations existent aujourd’hui pour devenir horticulteur. Par ailleurs, le choix de la formation est très important. Les cours dispensés par les établissements dédiés à ce domaine permettent d’acquérir de solides connaissances dans le milieu. Il est donc capital de bien se renseigner sur les différentes formations existantes pour exercer ce métier efficacement.

Trois ans d’études sont requises

Etre horticulteur ne s’improvise pas. Globalement, les cursus permettant de délivrer le diplôme sont sur trois ans. Plusieurs solutions sont possibles pour se former :

  • faire un bac pro horticole en deux ans après un CAP,
  • faire un BTSA en production horticole.

D’autres écoles existent notamment pour devenir ingénieur en horticulture et paysage à l’issue de cinq ans d’études. Enfin, il y a également la possibilité d’approfondir ses études en faisant une maîtrise. Ce cursus plus long d’études requiert une thèse. Ce parcours plus approfondi permet d’avoir accès à des postes de recherches et de développement.